Adwords : Comment optimiser votre campagne

Pour rappel, Adwords est le système de Google permettant aux annonceurs d’être référencés dans les résultats de recherche et sur son réseau display.

 

Vous avez lancé votre campagne Adwords, et commencez à obtenir des impressions, des clics voir des conversions.
Il est maintenant temps d’optimiser votre comtpe, pour atteindre les objectifs de coût que vous vous êtiez fixé.

 

Cas pratique : Marie possède une boutique en ligne de prêt-à-porter et souhaite utiliser Adwords pour booster ces ventes. Pour remplir ces objectifs, elle doit dégager une marge de 25%, les charges liées à la publicité ne devant pas dépasser 25%.
Elle part sur une hypothhèse de panier moyen à 50€ soit un coût par vente maximum de 12,50€ (25% x 50€).
Cela signifie que le compte Adwords devra être optimisé pour que le CPA (coût par action) cible ne dépasse pas ce montant.

 

Pour répondre au mieux aux recherches des internautes, Marie a calé sa structure de campagne sur l’architecture du site. Ainsi les catégories du site sont devenues des campagnes search et les sous-catégories sont les groupes d’annonces.
Elle met également en place une campagne sur le réseau display pour accroître la visibilité de sa nouvelle eboutique et une campagne de retargeting pour toucher les visiteurs n’ayant pas finalisés leurs achats.

I. Optimiser des campagnes Adwords search

a. Identifier les priorités

L’idée de cet étape d’identification est de prioriser votre action du moins performant au plus performant.

 

On commencera donc par identifier les campagnes qui ont généré des conversions d’un côté et celles qui n’ont pas généré de conversions de l’autre, sur les 7 derniers jours (ou un délai plus long si le volume n’est pas assez conséquent).

 

Parmi les campagnes qui ont généré des conversions, nous allons porter tout d’abord notre attention sur celles qui ont un coût d’acquisition (CPA) supérieur à l’objectif fixé, soit supérieur à 12,50€ dans le cas de Marie.

 

Pour chacune de ces campagnes, il faudra rentrer au niveau groupe d’annonce et prioriser votre action de la même manière, c’est-à-dire en se concentrant sur les groupes d’annonces ayant un cpa supérieur à 12,50€.

 

Vous pourrez ensuite vous occuper des campagnes ayant dépensées du budget sans apporter de ventes et enfin finirez par peaufiner les campagnes rentables.

b. Pistes d’optimisation Adwords

 

Au niveau campagne

 

– Ré-allouer le budget des campagnes non rentables (CPA réel supérieur au CPA cible ou aucune conversions générées) vers les campagnes rentables

 

– Repérer les zones géographiques les plus rentables grâce au rapport « Zones », ajuster la diffusion en faisant varier l’enchère.

rapport-adwords-zones

 

– Identifier les tranches horaires/les jours de la semaine les plus rentables grâce au rapport « calendrier de diffusion » et de la même manière ajuster la diffusion et l’enchère.

rapport-adwords-calendrier-diffusion

 

– Repérer l’appareil (mobile, desktop, tablette) à partir duquel vous obtenez les conversions les plus rentables et ajuster l’enchère d’après ce critère.

rapport-adwords-appareils

 

– Utiliser l’optimiseur de cpc qui permettra de prioriser le classement des annonces susceptibles de générer plus de conversion

optimiseur-de-cpc-adwords

 

 

Au niveau du groupe d’annonce

 

– Augmenter l’enchère si : le cpa réel est inférieur au cpa cible et que votre classement d’annonce peut être amélioré. Pour une action plus fine, effectué cette action pour les mots clés du groupe d’annonce respectant cette condition.

 

– Diminuer l’enchère si : le cpa réel est supérieur au cpa cible. Effectuez cette action au niveau du groupe d’annonce. Cela aura pour effet de diminuer l’enchère de tous les mots clés le constituant en épargnant ceux dont l’enchère est gérée spécifiquement. Attention néanmoins si votre classement d’annonce est déjà très bas, une diminution du cpc max risque de détériorer la situation. Une solution sera alors d’améliorer la pertinence du groupe d’annonce.

modifier-enchere-groupe-annonce

 

– Améliorer la pertinence du trio mots clés > annonces > landing page pour un meilleur classement.

 

 

Pour les mots clés cela passe par :

o la cohérence du champ sémantique au sein du groupe d’annonce,

 

o l’analyse et l’intégration des termes de recherche performants. l’exclusion des termes de recherche hors-sujets,
terme-de-recherche-adwords

 

o L’utilisation des variantes de mots clés avec des types de correspondance de type « large modifié », « expression exacte », « mots clés exact ». NB : plus l’expression est spécifique, plus le volume de recherche aura tendance à diminuer

Pour les annonces cela passe par

 

o L’utilisation des mots clés dans l’annonce

 

o La mise en avant d’un avantage concurrentiel et d’un verbe d’action

 

o L’utilisation de la variable {keyword} qui permet de récupérer la requête tapée par l’internaute pour l’afficher dans l’annonce

 

o La mise en place d’extensions d’annonces

 

Pour la landing page cela passe par :

 

o Une page d’arrivée cohérente avec la recherche de l’internaute

II. Optimiser des campagnes Adwords display

Marie a décidé de cibler spécifiquement les internautes qui s’intéresse à la mode.
Elle utilise donc un ciblage par centre d’intérêt sur une audience d’affinité « fashion victim ».

a. Optimiser les emplacements

Grâce au rapport d’emplacement, il lui est possible d’identifier les sites web les plus performants et d’augmenter l’enchère afin de favoriser la diffusion sur ces emplacements.
De la même manière elle pourra exclure les sites web les moins rentables pour ne plus diffuser sur leurs emplacements publicitaires.

 

b. Optimiser les annonces

Plusieurs formats d’annonces sont disponibles sur le réseau display de Google. Pour optimiser la diffusion, il est nécessaire de tester différentes tailles de bannières (les formats de la norme IAB) mais aussi différents types d’annonces qu’elles soient textuelles, illustrées ou vidéos et enfin différents messages promotionnels.
L’analyse du rapport d’annonce permettra de mettre en pause les formats les moins performants.

c. Croiser les méthodes de ciblage

 

Il est possible d’utiliser différents type de ciblage pour diffuser des annonces sur le réseau display.

 

– Un ciblage par mots clés qui permet de diffuser vos annonces selon le contexte des pages

rapport-adwords-mots-clés-display

 

– Un ciblage par thématique qui permet de diffuser vos annonces selon la catégorie du site

rapport-adwords-themes

 

– Un ciblage par emplacement qui permet de diffuser vos annonces sur des sites bien définis

rapport-adwords-emplacements

 

– Un ciblage par intérêt qui permet de diffuser vos annonces sur une audience ayant montré son intérêt pour les produits et services que vous proposez.

rapport-adwords-centres-intéret

 

– Un ciblage démographique (sexe, age, statut parental) permettant de cibler spécifiquement ces segments de la population.

rapport-adwords-donnes-demographiques

 

L’analyse du rapport de diffusion sur le réseau display permet de croiser ces différentes méthodes pour obtenir un ciblage plus précis.
NB : plus le ciblage est précis, plus votre volume d’audience réduit.

III. Optimiser des campagnes Adwords de retargeting

Le retargeting permet de retoucher les personnes qui ont déjà visités votre site web.
Il est possible de segmenter les visiteurs grâce à la création de « liste ».

Liste-de-retargeting-adwords

 

 

Ainsi, la segmentation pourra se faire selon : les pages visitées, des combinaisons de pages ou encore le délai passé entre la visite et la diffusion de l’annonce.

a. Combinaisons personnalisées

 

Par défaut, Google crée une liste de retargeting permettant de cibler tous les visiteurs de votre site web. Pour la eboutique de Marie, nous avons décidé de mettre en place une liste de retargeting ciblant tous les visiteurs sauf ceux qui ont déjà acheté. Cela permet de consacrer le budget uniquement à l’acquisition de nouveaux clients. En suivant la même méthode, on peut aller plus loin en ne ciblant que les personnes ayant abandonnés leur panier ou encore ceux qui ont visités une catégorie de produit sans acheter.

b. Varier la période de collecte des cookies

 

Cela correspond à la période durant laquelle vous pouvez retoucher un visiteur de votre site.
Exemple : Marc a visité votre site web le 1er du mois, si votre période de collecte est de 30 jours, vous pourrez le retoucher jusqu’au 30 du même mois. Au-delà de cette période il ne fait plus partie de votre liste de retargeting.
Certain considère que plus le délai de retargeting est proche, plus le visiteur sera enclin à acheter sur votre site, mais cela dépend de votre business évidemment. Un délai plus long peut être intéressant si vos produits demandent une reflexion plus longue ou encore s’ils sont soumis à une certaine saisonnalité.

c. Créer un groupe d’annonce par liste de retargeting

 

Cela permettra de gérer l’enchère à la hausse pour les listes les plus performantes et bien sûr à la baisse pour les moins performantes.

d. Autres optimisations

 

Le retargeting étant un type de campagne display, les optimisations indiquées pour ce type de campagne (dans lepoint II) restent valables, il faut néanmoins garder à l’esprit que plus le ciblage est spécifique, plus la taille de votre audience cible diminue.

Besoin d’optimiser votre compte Adwords ? Contactez-nous.

génération de leads BtoB

Génération de leads B2B en ligne : 5 erreurs à éviter

Dans le secteur du B2B (Business to Business), il est primordiale d’alimenter la force commerciale de nouveaux prospects (leads b2b). Il existe de nombreux canaux de collecte qu’ils soient physique ou en ligne – payant ou naturel.

J’ai choisi de partager avec vous mon expérience des campagnes (payantes) de génération de leads B2B en ligne et, notamment des pièges à éviter si l’on souhaite obtenir des leads de qualité.

1- MAUVAISE DEFINITION DE L’OBJECTIF MARKETING

La définition de l’objectif permettra d’en découler un brief avant le début de campagne puis de mesurer les résultats en fin de campagne. Autant dire que c’est une étape primordiale. Voici les questions à vous poser pour bien démarrer.

  • Quel est le secteur d’activité de mes clients potentiels
  • Quelle taille d’entreprise ont un intérêt pour mon activité
  • Quel poste a un rôle de décisionnaire/prescripteur
  • Quel est la géolocalisation des entreprises que je cible
  • Qu’est-ce qu’un BON lead B2B, autrement dit quels sont les champs obligatoires du formulaire de collecte

Sur ce dernier point, il faudra noter que plus vous demandez d’information personnelles au prospect, plus votre taux de transformation aura tendance à baisser et dans le cadre d’achat média, cela signifie mécaniquement une hausse du coût par leads B2B.

2 – MAUVAIS CHOIX DU PARTENAIRE MEDIA

Lorsque l’on souhaite générer des leads btob, on peut solliciter différents types de partenaires médias.

  • Location/achat de base de données
  • Régies d’éditeurs de site web,
  • Plateformes d’affiliation BtoB
  • Réseaux sociaux professionnels
  • Les solutions de native advertising
  • Adexchange BtoB
  • Retargeting BtoB

Mais alors quel partenaire choisir pour vous accompagner et comment ne pas se tromper ?

Pour y voir plus clair, préparez un fichier de plan média web (je vous propose de télécharger le modèle de plan média web en fin d’article), ce qui vous permettra de classer et comparer les offres. Si vous ne connaissez pas bien le marché des prestataires, renseignez-vous sur le site ratecard.fr, gfm.fr (entre autre) ou un professionnel du web (agence digital ou consultant). Gardez en tête que le plan média est la retranscription chiffrée de la stratégie d’acquisition que vous aurez défini.

Adaptez le modèle de rémunération afin de limiter le risque financier. L’objectif étant de générer des leads btob, vous aurez tout intérêt de trouver des supports que vous rémunérerez à la performance (CPL : Coût Par Lead). Attention néanmoins, ces supports ne s’engagent pas sur le volume de leads. Par ailleurs, ne négligez pas les retours direct (leads) ou indirect (visibilité/notoriété) que vous pourrez obtenir via des supports rémunérés au volume d’impression ou d’adresse email (CPM : Coût Par Mille impression ou adresse email) ou au clic (CPC : Coût Par Clic). Ces derniers proposent souvent des possibilités de ciblage plus précis vous permettant de vous concentrer sur votre coeur de cible.

Le format : L’email est le format le plus performant en terme de conversion. Les bannières et habillages pourront néanmoins être utilisés en complément pour développer la visibilité d’un nouveau produit ou service.

Le délai post-clic/post-view : Il s’agit du délai durant lequel on considère qu’un clic ou un affichage a généré une conversion. Selon la régie (et la négociation) il peut être plus ou moins court. En général on compte un délai post-clic de 30 jours et un délai post-view de 48h.

Le suivi statistique : Il est intéressant d’avoir un outil de suivi statistique en complément de celui des supports afin de pouvoir vérifier la validité du volume et de la provenance des leads btob. En effet le coût par lead étant souvent élevé en BtoB, mieux vaut pouvoir vérifier les données communiquées par ces supports.

Le bon de commande : Vérifiez que les éléments ci-dessus et ceux relatifs aux objectifs soient notés sur le bon de commande, c’est le seul document qui fera foi en cas de litige. Pensez à prévoir une clause de sortie, qui vous permettra de vous désengager en cas de mauvaises performances. Prévoyez enfin les raisons qui pourraient vous amener à refuser un lead (exemple: mauvaise adresse email, mauvais numéro de téléphone, hors cible géographique etc…).

3 – INCITIVE TROP FAIBLE

L’incitive est l’un des éléments qui motivera un visiteur à rentrer en contact avec vous. En clair, une raison assez forte et tangible pour qu’ils vous donnent ces coordonnées.

Cet incitive sera bien sûr en lien avec votre activité, ce qui permettra de filtrer les prospects hors cible. Il peut s’agir de contenus.

  • Livre blanc
  • Infographie
  • Vidéo
  • Webinaire

Et/ou de « cadeaux »

  • Offres promotionnelles exclusives
  • Produits complémentaires

4 – DELAI DE TRAITEMENT DES LEADS B2B TROP LONG

Cela peut sembler une évidence mais il est souvent l’un des facteurs d’échec d’une campagne de génération de leads. En effet, Plus le temps passe, plus on a une baisse du taux de transformation client/prospect.

Par ailleurs, un délai de traitement court doit permettre de remonter des anomalies (faux contact, non joignable, hors cible, etc…) et d’en prévenir le partenaire média au plus vite.

5 – ABANDONNER LES PROSPECTS FROID

Le prospect froid par définition n’a pas encore atteint sa maturité en terme de décision d’achat. Il est donc essentiel de l’accompagner tout au long de son processus en l’alimentant de nouveau contenus informatifs (non commerciaux). Ceux-ci devront l’aider à prendre une décision objective sur la solution à adopter.

Les outils de leads nurturing permettent d’automatiser ces tâches au travers de scénario prédéfinis par les équipes marketing. J’ai notamment tester Marketo sur lequel je vous ferai mes retours prochainement.

Pour aller plus loin, je vous propose de télécharger un modèle de plan média  et une liste des solutions publicitaires B2B.

Modèle Plan média Excel + Liste solutions publicitaires BtoB

Facteurs SEO engagement

[Facteurs SEO] Miser sur l’engagement pour améliorer son SEO

Série d’article : cet article fait partie de la série « facteurs SEO ». Retrouvez les critères seo liés au nom de domaineles critères seo liés au codage du siteles critères seo liés au contenules critères seo liés au maillage interneles critères seo liés à la popularité.

L’engagement est un facteur permettant au moteur d’indexation de mesurer la qualité du trafic sur un site web. Il est donc essentiel de travailler ce point pour remonter dans les résultats de recherche.

Je vous propose en quelques points les critères d’engagement pris en compte, avec une note d’importance de 1 à 3 étoiles (1 étoile = impact faible, 2 étoiles = impact moyen, 3 étoiles = impact important).

ENGAGEMENT

– Engagement réseaux sociaux (**) : Le nombre de likes et de partages depuis les réseaux sociaux (facebook, twitter, linkedin, pinterest, etc…), a un effet positif sur le ranking d’un site.

– Popularité réseaux sociaux référents (***) : Le trafic provenant de profils bénéficiant d’une forte autorité (nombreux abonnés, fort engagement) ont plus d’influence sur les moteurs d’indexation.

– Le  nombre de commentaire (**) : avoir de nombreux commentaires sur un site est un signe de qualité du point de vu des moteurs d’indexation. Il est donc intéressant de pousser les visiteurs à interagir et donner leurs avis sur les contenus.

– Temps passé sur le site (**) : Google analyse le temps passé sur un site suite au clic dans les résultats de recherche. Un temps passé par visiteur long est un signe positif de qualité du point de vu des moteurs d’indexation.

– Taux de rebond du site (*) : Il s’agit du pourcentage de visiteurs qui quitte le site dès la première page visitée. Un taux de rebond élevé peut être un signe de mauvaise qualité quand il est associé à un temps passé faible.

Cet article vient clore la série sur les facteurs SEO. Je vous propose de télécharger gratuitement le récapitulatif des principaux facteurs de référencement naturel pour améliorer votre position dans les résultats de recherche.

Facteurs SEO netlinking

[Facteurs SEO] Travaillez la popularité pour améliorer son SEO

Série d’article : cet article fait partie de la série « facteurs SEO ». Retrouvez les critères seo liés au nom de domaineles critères seo liés au codage du siteles critères seo liés au contenules critères seo liés au maillage interne.

La popularité au sens SEO est mesurée par l’analyse des liens entrants d’un site internet. C’est un facteur primordial si l’on souhaite améliorer son positionnement dans un moteur de recherche.

Voici donc quelques critères pris en compte par les robots d’indexation, et leur importance noté de 1 à 3 étoiles (1 étoile = impact faible, 2 étoiles = impact moyen, 3 étoiles = impact important).

POPULARITE

– Nombre de liens entrants (***) : Le volume de liens entrants est un indice fort de la popularité d’un site internet. Il est en général le signe qu’un site apporte des réponses pertinentes aux problématiques des internautes et celui-ci est donc favorisé dans le positionnement des moteurs de recherche. Attention néanmoins à la qualité de ces liens qui peuvent nuire au site s’ils sont de mauvaises qualité.

– Page rank du site/page référent (***) : Le page rank est un indicateur de la popularité d’un site ou d’une page. Il s’exprime sur une échelle de 1 (faible populairté) à 10 (forte popularité). Obtenir un lien entrant depuis un site ou une page ayant un fort page rank a une influence positive sur le ranking.

– Proximité sectorielle du site référent (**) : Obtenir un lien entrant d’un site apparaissant dans les mêmes résultats de recherche est un signe positif de popularité et contribue à l’amélioration du ranking.

– Nombre de partage social de la page référente (*) : l’activité social d’une page est également un signe de popularité. Obtenir un lien sur ces pages permet de transmettre d’une certaine manière cette popularité à votre page.

– Ancienneté du site référent (*) : l’ancienneté d’un site est un signe de légitimité, un lien provenant de ces sites est un indice de la qualité du contenu qui y est présenté et influence donc positivement le ranking.

– Emplacement du lien sur la page/site référent (**) : Un lien entrant placé directement dans le contenu aura plus de valeur qu’un lien en footer par exemple. De même obtenir un lien entrant sur une page forte du site référent aura plus d’influence que sur une page profonde. Il est donc important de bien contextualiser un lien entrant afin qu’il ait une influence positive optimale.

– Typologie des liens entrants (*) : Obtenir des liens de différentes sources de trafic permet d’éviter les risques de placement en webspam. Ainsi, il faudra chercher à diversifier les types de liens entrants (profils en ligne, commentaires, articles de blog, réseaux sociaux). Par ailleurs, les liens dofollow sont les seuls pris en compte par les moteurs d’indexation. Néanmoins, les liens nofollow peuvent avoir un intérêt dans la mesure où ils peuvent apporter du trafic pertinent à votre site.

– Mots clés dans le lien entrant (***) : Pour qu’un lien entrant ait une influence sur le positionnement  d’une site sur un terme de recherche, il doit contenir des mots clés de cette requête. Evitez les liens du type « mon site », « mon article » par exemple.

– Volume de trafic direct (*) : Le trafic direct correspond aux visiteurs atteignant un site internet en tapant directement l’url du site dans la barre de recherche. Il est un indicateur de la qualité du site. Les moteurs d’indexation  prennent désormais ce critère en compte en collectant les données des utilisateurs du navigateur chrome.

– Fidélité du visiteur (*) : un site obtenant des visites multiples d’un visiteurs est considéré comme pertinent sur une thématique donnée. Ce facteur permet d’avoir un avantage sur les moteurs d’indexation.

J’aborderai la semaine prochaine les aspects liés à l’engagement des visiteurs et son influence sur le référencement.

Je vous propose de télécharger un récapitulatif des principaux facteurs de référencement naturel pour améliorer votre position dans les résultats de recherche.

Facteurs SEO maillage interne

[Facteurs SEO] Mettre en place un maillage interne pour améliorer son SEO

Le maillage interne est une pratique consistant à mettre en relation le contenu de la même thématique de manière à fluidifier la visite. Lorsqu’il est bien réalisé, il permet de remonter sur les requêtes que vous avez privilégiées.

Comme lors des semaines précédentes, je vous propose en quelques points des critères liés au maillage interne avec une indication de l’importance de celui-ci (1 étoile = impact faible, 2 étoiles = impact moyen, 3 étoiles = impact important).

MAILLAGE INTERNE

– Hiérarchisation du contenu (***) : Construire une stratégie de maillage interne pré-suppose une bonne hiérarchisation de l’information sur votre site. On utilise souvent l’image du silo afin de représenter les différentes thématiques partant  du plus générique (page parent) au plus spécifique (pages enfants). Les robots d’indexation devraient ainsi pouvoir découvrir les pages d’une thématique en suivant les liens présents sur ces différentes pages.

– Le texte du lien (***) : Pour que le lien ait un sens pour le moteur d’indexation, il est important de le placer sur une expression contenant des mots clés sur lesquels vous souhaitez vous positionner. Évitez les liens du type cliquez ici. Par ailleurs, essayez de faire varier le texte sur vos différents liens.

– Le titre du lien (*) : Vous avez la possibilité de rajouter l’attribut title dans un lien. Celui-ci ne s’affichera pas pour l’internaute mais permettra de donner davantage de sens pour le moteur d’indexation. Néanmoins le poids de cet attribut n’est pas très élevé dans votre stratégie de netlinking.

– la force du lien (***) : Une page ayant une forte popularité peu transmettre cette popularité à d’autres pages de la même thématique via un lien. Par ailleurs, notez que vous pourrez indiquer au moteur d’indexation l’importance d’une page pour votre business en faisant pointer des liens interne vers celle-ci, et ainsi faire augmenter sa popularité. Attention, sachez que si la force d’une page peu se transmettre via un lien, cette force se dilue également si vous mettez en place trop de lien sortant.

– L’emplacement du lien (**) : Les liens sont considérés avec plus ou moins d’importance en fonction de leur position dans votre page. Un lien dans le menu aura ainsi plus d’importance qu’un lien dans le footer par exemple – Pensez aussi à rajouter des liens dans votre contenu afin d’étoffer votre maillage.  Enfin sachez que si vous placez plusieurs fois le même lien dans une page seul le premier sera exploré par le robot d’indexation.

Mon prochain article abordera le sujet de la popularité comme facteur de d’amélioration du référencement d’un site. Retrouvez en attendant les articles précédents de la série des facteurs SEO  le nom de domainele code de son sitele contenu.

Je vous propose de télécharger un récapitulatif des principaux facteurs de référencement naturel pour améliorer votre position dans les résultats de recherche.

Facteurs SEO contenu

[Facteurs SEO] Quelle stratégie de contenu adopter pour améliorer son SEO

Pour faire suite à la série des articles Choisir son nom de domaine pour le referencement naturel et Bien coder son site pour le referencement naturel; continuons cette semaine avec quelques facteurs clés de la stratégie de contenu pour le SEO.

Vous trouverez pour chaque point abordé une indication de l’importance du critère (1 étoile = impact faible, 2 étoiles = impact moyen, 3 étoiles = impact important)

LE CONTENU

– Duplicate content (***) : Des contenus identiques entre deux pages web peuvent pénaliser le classement dans les résultats de recherche. Pensez à utiliser le tag rel=canonical ou la meta noindex si vous diffusez vos articles sur d’autres sites par exemple.

– Qualité/richesse du contenu (**) : Plusieurs indicateurs permettent à Google de déterminer la qualité de votre contenu, parmi lesquels la cohérence entre les mots clés du titre et le contenu de l’article, la présence de contenu mutlimédia (vidéo, images, infographie, etc…) et l’originalité du contenu.

– Longueur du contenu (**) : Un article court peut être considéré comme superficiel et n’apportant donc pas une réponse complète à la requête de l’internaute.

– Présence de Mots clés dans le titre (**) : Utilisez des mots clés dans un titre H1 est un signe de pertinence pour Google.

– Présence de mots clés dans le contenu (*) : Il faut faire attention avec ce critère car un trop grand nombre de mots clés peut être vu comme une pratique frauduleuse. Néanmoins, l’utilisation de ces mots clés permet à Google de déterminer la thématique de la page. A utiliser avec parcimonie.

Je vous parlerai la semaine prochaine du maillage interne toujours dans l’optique d’améliorer le référencement d’un site web.

Je vous propose de télécharger un récapitulatif des principaux facteurs de référencement naturel pour améliorer votre position dans les résultats de recherche.

Facteurs SEO technique

[Facteurs SEO] Bien coder son site pour le référencement naturel

Comme promis, je vous propose cette semaine la suite de [Facteurs SEO] Bien choisir son nom de domaine pour le référencement naturel.

Sur même principe que l’article précédent, vous trouverez une liste des facteurs cette fois-ci, au niveau du code qui vous permettront d’améliorer votre position sur les moteurs de recherche, avec une indications de l’importance du critère (1 étoile = impact faible, 2 étoiles = impact moyen, 3 étoiles = impact important)

LE CODE

– Validité W3C (*) : critère non déterminant dans le ranking, néanmoins le respect des normes permet une meilleur lisibilité pour les robots d’indexation.

– Vitesse de chargement (***) : le ranking sera limité pour un site dont le chargement est lent.

– Balise title (***) : Le titre de la page doit contenir les mots clés en rapport avec le contenu de la page et donc la requête sur laquelle vous voulez vous psotionner.

– Balise description (**) : Un autre indicateur de pertinence qui permet d’apporter des précisions sur le contenu de la page.

– Balise H1 (***) : Le titre du contenu qui doit contenir des mots clés en lien avec les requêtes des internautes.

– Attribut d’image (***) : les attributs d’image apportent des précisions aux moteurs de recherche sur la nature du visuel. Ainsi, la balise alt remplace le visuel en cas de problème d’affichage des images avec un texte contenant des mots clés. Le nom du fichier de l’image doit de préférence contenir les mots clés également et de même pour le titre de l’image.

– Texte de lien (***) : Celui-ci doit contenir des mots clés stratégiques en rapport avec les recherches des internautes sur votre contenu cible, exit les liens tels que « ce lien » ou « ici » qui n’ont aucune pertinence pour le seo.

– Mobile friendly (***) : les sites responsives bénéficient d’un avantage seo, Google va même plus loin en limitant le ranking des sites non-responsives.

– Javascript et css accessible par les robots (***) : Bloquer ces fichiers dans le fichier robot.txt aura un effet négatif sur votre seo.

Je vous retrouve la semaine prochaine pour une nouvelle liste de facteurs SEO en lien avec le contenu de votre site.

Je vous propose de télécharger un récapitulatif des principaux facteurs de référencement naturel pour améliorer votre position dans les résultats de recherche.

Facteurs SEO nom de domaine

[Facteurs SEO] Bien choisir son nom de domaine pour le référencement naturel

Le référencement naturel est un vaste sujet qui reste néanmoins assez flou pour les propriétaires/éditeurs de site web. Il est vrai que de nombreux critères sont pris en compte dans l’algorithme des moteurs de recherche, pour déterminer la position du site dans les résultats.

On peut classer ces critères en deux grandes catégories :
– les facteurs intrinsèques
– et les facteurs extrinsèques.

Dans les facteurs intrinsèques, on mettra tout ce qui propre au site lui même
– le domaine
– le code
– le contenu
– le maillage interne

Les facteurs extrinsèques engloberont des critères tels que
– la popularité
– l’engagement des visiteurs

Je commencerai dans cet article par les facteurs liés au domaine puis les semaines à venir je déclinerai un nouveau facteur.

Vous trouverez pour chaque critère une indication de l’impact seo
– 1 étoile = impact faible,
– 2 étoiles = impact moyen,
– 3 étoiles = impact important.

LE DOMAINE

– Des mots clés dans le nom de domaine (*) : si vous vendez des fleurs sur internet, avoir un nom de domaine qui serait fleurs-en-ligne.com ne sera pas déterminant pour l’algorithme de Google. Néanmoins, il sera un indicateur pour l’internaute des produits qu’il pourra trouver sur votre site.

– Des mots clés dans le sous-domaine (**) : si vous avez décidé d’utiliser des sous-domaines pour organiser vos contenus, préférez utiliser des mots clés dans celui-ci. (exemple : motclé.domaine.com)

– L’extension du domaine (**) : si vous utilisez l’extension d’un pays (.fr), cela vous aidera à vous classer dans le pays en question mais vous pénalisera sur votre ranking global.

– L’ancienneté du domaine (*) : c’est un critère de l’algorithme de Google mais il n’est pas très important pour le ranking

– Certificat ssl (**) : c’est un critère de classement pris en compte dans l’algorithme de Google qui atteste de la sécurité des données échangés sur votre site web.

– La date d’expiration du domaine (**) : ce critère est un indicateur de confiance. En effet, il est une preuve que vous comptez vous installer durablement dans votre secteur.

– Le propriétaire du site (***) : il doit être identifiable sur le service whois et avoir une bonne réputation, c’est à dire ne pas avoir été classé comme spammeur.

Voilà pour ce qui est du domaine. Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour découvrir les facteurs liés au codage de votre site.

Je vous propose de télécharger un récapitulatif des principaux facteurs de référencement naturel pour améliorer votre position dans les résultats de recherche.

adblockplus

Comment survivre dans un monde adblocké quand on est un éditeur de site

Dans un monde où les bannières publicitaires donnent la nausée aux internautes, à tel point  qu’ils soient tous (ou presque) obligés de passer auprès de leur pharmacien pour acheter une boîte d’adblockplus. Les éditeurs de site devront réinventer leur modèle économique et trouver de nouvelles sources de revenus pour continuer d’exister.

Bien sûr, il s’agit d’une monde fictif puisqu’on sait tous que ça n’arrivera jamais, n’est-ce pas ?!
Pas si éloigné que cela si on en croit l’étude Adobe/Pagefair sortie cet été qui montrait l’évolution exponentiel d’installation des logiciels bloqueurs de publicité et donc le manque à gagner énorme pour les éditeurs.
J’ai donc voulu partager avec vous 4 pistes de réflexion pour continuer d’exister dans un internet adblocké.

  • Faire payer directement l’utilisateur pour un contenu sans publicité 

Certains sites média l’ont déjà anticipé en mettant à disposition des abonnements dit « premium » pour les contenus les plus qualitatifs. A l’instar des services de streaming musicaux on pourrait imaginer un regroupement des acteurs avec un partage des revenus fonction de la fréquentation des pages.

  • Miser sur la data pour mieux exploiter les bases emails

Exploiter les données comportementales des visiteurs et les croiser avec la base d’inscrits. L’idée étant d’améliorer la segmentation des bases et de proposer le bon contenu, à la bonne personne et au bon moment dans son cycle d’achat. Cela conduira à une meilleur rentabilité des bases puisque moins sollicitées mais plus performante.

  • Devenir un maillon de la stratégie de contenu des marques (et le monétiser)

Les marques l’ont d’ores et déjà compris, elles doivent devenir leur propre média. Ce qui signifie : créer du contenu, se focaliser sur le problème des consommateurs (et non sur sa solution produit ou service)  interagir avec les internautes d’égal à égal, etc… Les sites éditeurs pourront se positionner comme relais de contenus de marque dans le cadre de ces stratégies de brand content afin d’initier le « buzz » via leurs propre audience.

  • Rester clair sur l’origine du contenu (contenu de marque ou contenu éditeur)

Ne pas essayer de faire de la publicité « déguisée », les internautes  ne sont pas dupes et savent la démasquer. L’idée est d’être totalement transparent sur l’origine du contenu, de ne proposer que des contenus de marques en adéquation avec votre ligne éditoriale et apportant toujours de la valeur aux lecteurs. Cela permet de créer et de conserver la confiance qui doit exister entre un éditeur de contenu et son audience.

Et vous comment imaginez-vous l’après adblock ?

instagram

Faire de la publicité sur Instagram : 4 étapes pour démarrer

Ca y est, instagram ouvre enfin sa plateforme publicitaire à tous les annonceurs (enfin d’ici la fin du mois). En bref, cela offre aux annonceurs de nombreuses possibilités de ciblage, pour une audience global d’environ 300 millions d’âmes.

Je ne vais pas m’étendre sur les avantages d’instagram mais plutôt sur l’aspect pratique de la chose, en clair, vous êtes prêts à faire chauffer votre carte de crédit, alors voilà comment procéder.

– Rendez-vous sur power editor (outil d’édition des campagnes facebook) pour créer votre première campagne. Attention, pour l’instant seul 3 types d’objectifs sont compatibles avec instagram (clic vers le site web, installations d’applications mobiles, vues de vidéos)

– Au niveau de l’ensemble de publicité, vous devrez sélectionner l’emplacement correspondant à instagram (nb : si vous n’avez pas encore cette option, patientez encore jusqu’à la fin du mois de septembre).

– Continuez votre paramétrage comme vous le ferez pour une campagne facebook classique (ciblage géographique, langue, intérêt, budget, enchère etc…)

– Uploadez vos formats créatifs puis lancez votre campagne.

Pour tous ceux qui ont l’habitude de la plateforme facebook, cela devrait être assez simple, pour les autres je vous invite à poser vos questions dans la section des commentaires.

 

 

source : facebook